Logo - À Table et Compagnie

« Locavore », quésaco ?

Vous avez peut-être déjà entendu ce terme – il faut dire qu’il commence à devenir à la mode ! L’idée, officiellement née aux Etats-Unis en 2006 (mais bien plus ancienne en réalité, comme toutes les bonnes idées…), est de consommer uniquement des aliments produits localement (dans un rayon de 200km).

Les bénéfices sont à la fois économiques et écologiques. A force de débrouille, les locavores dénichent en général des petits producteurs juste à côté de chez eux, et payent leurs produits bien moins cher que dans le circuit conventionnel. Et le bénéfice environnemental est évident : les fraises du bout du monde transportées à grands renforts de pétrole n’atterriront pas sur leur table au mois de janvier…

Anne, sur blog « Blogbio« , partage avec ses lecteurs son expérience du « manger local », ses réussites et les questions qu’elle se pose. A lire de toute urgence si vous comptez vous lancer dans l’expérience !

Aux Etats-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne, on parle aujourd’hui d’une véritable tendance de fond, et non pas d’une simple mode.

A parcourir, si vous lisez l’anglais : le site des locavores américains.

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

12 Commentaires

    Je me suis aussi intéressée à cette question et j’en ai un peu parlé récemment sur mon blog. Dès qu’on commence à creuser la question, on s’aperçoit que consommer uniquement des produits locaux est loin d’être simpe et suppose de modifier en profondeur nos habitudes alimentaires. Je vois cela comme une bonne occasion de réfléchir aux produits que nous consommons, de recourir aux équivalents locaux lorsqu’ils existent mais pas comme un objectif à atteindre à court terme. En effet, je ne vois pas renoncer d’un coup au sel, au thé, à la vanille, à la plupart des épices, aux céréales et aux farines en attendant de trouver un producteur local, au parmesan et à bien d’autres fromages.

  • C’est aussi un peu le concept des AMAP (sans le côté soutien d’un petit producteur bien sur) et c’est vrai que c’est une attitude plus responsable. Je note qu’il faudrait surtout plus d’actions en ce sens car autant il y a de la communication sur le bio, autant il n’y a rien sur le côté achat direct ou local.
    Or acheter des framboises bio qui viennent de Pologne en décembre, c’est complètement contreproductif !!
    Mais comme dit dans le commentaire au dessus, c’est « facile » pour les fruits et légumes, un peu plus difficile pour les viandes et poissons et presque impossible pour une bonne part de l’épicerie.
    A suivre donc

  • il y a eu un reportage aux infos sur un français qui s’est lancé le défi de manger localement pendant 1an sur un rayon de 50km.
    Perso, je n’aurai pas le courage, je ne pourrais me priver de mon chocolat et de mon thé

  • Bonjour,

    Dans le cadre d’un reportage TV sur les locavores pour l’émission 100% Mag sur M6, nous recherchons un locavore qui résiderait à Paris ou plus largement en Ile-de-France.
    Si vous êtes intéressé, si vous connaissez dans votre entourage une personne correspondant à ce profil ou si vous avez des infos sur le reportage montrant un français qui s’est lancé le défi de manger localement pendant un an sur un rayon de 50 km, contactez moi directement: alexandra_holzhammer@hotmail.com

    Un grand merci

  • Cette année je me suis mise aux fruits et légumes « locaux » (à part les bananes 😉 mais j’avoue que c’est déjà difficile, alors renoncer à tant de bonnes choses du bout du monde … Cela dit, le principe est écologiquement » séduisant…

  • bonjour, je suis étudiante, et je dois effectuer un projet en agroalimentaire, j’ai choisi de développer le thème des fruits et légumes. je découvre donc les locavores, et j’aimerai en savoir un peu plus les méthodes et les bienfaits de ce principe.
    MERCI

  • Bonjour,

    Je souhaite manger local mais je ne sais pas ou me renseigner ?
    J’habite à Cergy en région parisienne
    Merci pour votre aide

  • Bonjour Carole,

    En temps que journaliste, je réalise une enquête (que je dois rendre en fin de semaine) sur les locavores d’île de France. Vous en faites partie. Pourriez-vous me contacter par mail: magab83@gmail.com ou par téléphone 06 75 01 69 12 afin que l’on en discute. Même si vous n’avez pas trouvé le moyen de manger local en île de France, votre démarche m’intéresse.

    Bien cordialement

  • Moi aussi, j’ai écrit un petit point sur les locavores, que je trouve un peu extrémistes : n’hésitez pas à visiter mon blog http://ariane.blogspirit.com, pour le lire, et d’ailleurs j’ai eu une très intéressante discussion à ce sujet avec Gabrielle Quignard qui a laissé le commentaire ci-dessus

  • bonjour,
    Je viens de créer ce blog (www.locavore.over-blog.com). Il a pour objectif d’aiguiller les Parisiens et plus largement les franciliens dans leur recherche de produits locaux.
    Quant à la question pour ou contre les locavores, je crois qu’il ne faut pas tomber dans un locavorisme de puriste, c’est à dire qui consiste à consommer strictement à moins de 160 kilomètres, mais tout simplement priviligégier une consommation au plus près. Donc pas question de se priver des saveurs synonyme de rencontres et d’échanges.
    Nicolas

  • Bonjour ,effectivement il faut aiguiller les gens ou tout au moins les regrouper pour qu’ils echangent leur bons plans , pour cela j’ai aussi créé un reseau  » type facebook » mais en mieux bien sur , jetez y un oeil :

    les locavores bretons : http://jemangelocal.ning.com/

    Et surtout donnez moi vos commentaires

    Merci

  • bonjour, j’aimerais savoir comment connaître les producteurs locaux de ma région (ain). merci

Déposer un Commentaire