Logo - À Table et Compagnie

Et si on parlait un peu de la façon de se nourrir / part Two : Lire les étiquettes..

Pour conclure l’article de la semaine dernière, il vous faut maintenant lire les étiquettes et  vous faire un petit pense bête pour mémoriser les produits à éviter pour préserver votre santé et celle de vos enfants !

Voici une petite liste des principaux marqueurs de la malbouffe :

Les anti oxydants E320 et E321 qui retardent le pourrissement, on en trouve  dans de nombreux  plats industriels et aussi dans les chewing-gum.  Ils sont cancérigènes.

– Les Parabens : E 214 à E219  : il peuvent détraquer le système hormonal et sont déjà interdits en Australie, ce sont des conservateurs que l’on trouve dans les biscuits apéritifs, certaines confiseries, les pâtes à tarte toutes prêtes, les charcuteries industrielles. [Et dire que c’est si simple de faire une pâte brisée à la main ça ne prend pas 5 minutes, même pas besoin de peser et on peut l’utiliser de suite si on la mouille au lait].

– Les arômes artificiels : ce sont des molécules chimiques de synthèse, on les soupçonne d’agir comme un leurre sur le cerveau et de perturber le sentiment de satiété, donc ils nous font manger plus. Ils peuvent donner un  goût de viande ou de légumes aux plats cuisinés, de vanille aux glaces ou aux yaourts, etc.

– L‘acide benzoïque E210 à E 213:  favorise les allergies, l’asthme, l’urticaire, on en trouve dans la limonade, les sodas, les soupes ou bouillons industriels.

– Les colorants : ils provoquent des allergies, peuvent être responsables d’hyper activité chez les enfants. Les E110, E104 et 124 sont interdits aux US ils donnent la couleur orange aux flans, jaune aux bonbons et gâteaux ou rouge aux pâtisseries aux fruits rouges.

– Le ferro cyanure : il est utilisé dans les sels fins de table pour que les grains ne collent pas, il peut provoquer des allergies même s’il n’est pas toxique à petite dose.

– L’huile de palme: la chouchou de l’agroalimentaire, pas chère  et neutre. On la  trouve dans le chocolat du commerce  les sauces toutes prêtes, les pains industriels, biscottes, cornets de glace, mayonnaises, biscuits apéro. L’huile de palme contient des acides gras saturés  qui font grimper le taux de cholestérol. Si vous lisez sur l’étiquette : matière grasse végétale, MGV ou acides gras saturés, oui, c’est bien elle.

Mais il faut cependant nuancer ce propos, Laurence Salomon, naturopathe bien connue des bloggeurs a rédigé un billet d’humeur très intéressant sur le sujet.

Huile de palme et nutrition : le juste milieu s’impose. En résumé : L’huile de palme est souvent décriée pour sa richesse en acides gras saturés alors qu’elle contient également 50% d’acides gras insaturés. il est bon de rappeler que l’huile de palme non hydrogénée ne contient pas d’acides gras trans or ce sont eux qui posent problème en dénaturant le produit.
L’huile de palme peut donc trouver sa place dans une alimentation saine, à condition qu’elle  soit la moins transformée possible ou extraite naturellement et non hydrogénée. C’est par l’association judicieuse de différentes huiles (palme, coco, colza, tournesol oléique….) avec des farines de céréales complètes et de sucres non raffinés que l’on peut réaliser de savoureux biscuits croustillants, exempts de graisses animales, alliant plaisir et bien-être. Retrouvez l’article de Laurence ICI

– Les huiles hydrogénées :  le must de la mal bouffe, les pires !  C’est de l’huile de palme ou de maïs solidifiée par injection d’hydrogène pour rendre plus croustillants, les biscuits, les frites, les cornets de glace, les barres de céréales ou la pâte à pizza.  A bannir …. Au Danemark l’industrie agro alimentaire n’a plus le droit de l’utiliser.  Catastrophique pour les artères. On trouve aussi  des huiles partiellement hydrogénées, elles favorisent les cancers du sein et de la prostate.

– Les sulfites E 220 à E 228 A éviter aussi. Ajoutés souvent au vin mais aussi dans certaines moutardes et crevettes surgelées . Ils provoquent maux de tête, crampes, allergies,

-Les édulcorants E 95o, E951, E955 : Quand on lit sans sucre ajouté il y a la plupat du temps des édulcorants et l’on sait depuis un certain temps qu’il sont nocifs particulièrement chez la femme enceinte. L’industrie alimentaire en  mélange souvent plusieurs sortes,  et il faut se méfier.

– Les nitrites E249, E250 : On les retrouve princialement dans les salaisons, souvenez vous de J P Coffe et de son jambon. Ce sont eux qui lui donne sa belle couleur rose. Ils neutralisent les toxines, mais une fois ingérés dans l’organisme, selon les doses ils peuvent être cancérigènes.

Bon, vous voilà plus avertis, alors bon appétit et vite en cuisine !  Le fait maison, c’est économique, c’est bon pour la santé et l’équilibre alimentaire et avec un peu d’organisation on y arrive, mais si mais si courage !

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

10 Commentaires

    Merci pour ce billet, toujours utile à relire! Et oui, oui, oui au fait maison!!

  • Oui au fait maison mais attention aux produits utilisés. Le bio est nécessaire pour la majorité des fruits et légumes de saison.

  • Et attention à la mention arome naturel, qui sont souvent et presque tout le temps des aromes chimiques. Les aromes ne sont pas certiiables bio car restés en dehors des certifications europeennes. Rien de mieux que les fruits et les legumes, les legumineuses et les graines oleagineuses (amandes….).

  • Très instructif et toujours bon le rappeler. merci !

  • Merci pour cet article. Heureusement que je suis du genre à tout faire moi-même et que je lis toujours les étiquettes. Je veux imposer des produits sains et bons à mes enfants et ils en sont ravis. Espérons que l’adolescence ne les fera pas changer d’avis !

  • bonjour, j’aimerais dire une chose sur l’huile de palme: même si elle n’est pas aussi nocive que çà sur le plan santé, elle favorise la déforestation en Indonésie , notamment et je suis d’ailleurs souvent effarée de lire les étiquetages de produits bio type biscottes, biscuits, céréales du petit déjeuner … qui en contiennent très souvent: çà ne me paraît pas logique avec l’AB

  • Très bon article.
    Mais pour bien manger, il ne faut pas que de bons ingrédients! La façon dont on conserve, prépare et cuit les aliments est essentielle pour en conserver toutes les qualités nutritionelles.

    Mais je suis adepte du « bien manger, et manger bien ». Le goût et la nuntrition ne sont pas deux termes incompatibles, bien au contraire.

  • Awesome article

  • wow awesome post 🙂 thanks for this

  • Wow awesome

Déposer un Commentaire