Logo - À Table et Compagnie

Art’è Gustu 13e édition c’est à Aléria les 15 et 16 avril 2017, à ne pas manquer …

A3_ART___GUSTU_2017_EXE_40X60_SP_1.jpg

Si vous êtes en Corse ou si vous avez envie de vous y rendre pour les fêtes de Pâques ne manquez surtout pas les 15 et 16 avril prochains la 13e édition de Art’è Gustu, à Aléria.
Art’è Gustu met en avant des valeurs de partage, de transmission et de savoir-faire à la fois ancestraux et innovants pour les insulaires, les visiteurs de passage, les grands et les petits, bref pour tous les gourmands et gourmets.
Cette belle manifestation va rassembler une centaine de créateurs de saveurs pour célébrer la générosité du terroir Corse, l’excellence de ses producteurs, le génie des chefs.

 Les produits vedettes de cette édition :   le cochon et la châtaigne de Corse

 5.jpg

Le Porcu Nustrale est élevé uniquement en Corse, de manière traditionnelle et valorise différentes ressources naturelles selon les saisons : pâturages de montagne en été, glands et châtaignes en automne et hiver. Il se caractérise par sa petite taille, la diversité de ses couleurs et sa grande rusticité. Ces porcs ont une croissance lente et vivent à l’extérieur toute l’année. Ils estivent en été et se nourrissent alors principalement d’herbe sur les pâturages des hautes montagnes corses. Ils redescendent ensuite à l’automne et trouvent leur nourriture sur des parcours de châtaigneraies ou chênaies, et peuvent être complémentés avec de l’orge et des céréales en fonction des conditions climatiques. Ils sont abattus en hiver entre 14 et 24 mois lorsqu’ils atteignent des poids de carcasse entre 80 et 120 kg. Il sont surtout destiné à la fabrication des fameuses charcuteries corses. Le Porcu Nustrale bénéficie depuis 2012 d’un AOC pour le Lonzu, la Coppa et le Prisuttu.

4845079_7243452.jpg

La châtaigne de Corse : elle est présente sur l’île quasiment depuis toujours mais sa culture s’est surtout développée au Moyen-Âge notamment pour l’utilisation du bois.  Du 14e au 17e siècle la châtaigne devient l’aliment de base de la population et s’exporte. Jusqu’au début du 20ème siècle, le châtaigner, malgré quelques vicissitudes  (Louis XV en stoppe l’expansion car pour lui le châtaigner est un arbre « immoral » qui « constitue l’aliment de la paresse) va conserver  son importance aussi bien en termes d’alimentation, de construction, de fabrication de mobilier ou d’objets. Mais la première guerre mondiale, l’exode rural et insulaire ont eu comme conséquence l’abandon de l’exploitation traditionnelle des forêts.  De 33000 hectares de forêts de châtaigniers à la fin du 19e siècle, on passe à 19000 en 1936… C’est à partir des années 1970, que l’on assiste au redémarrage de la filière castanéicole. Aujourd’hui sur un potentiel de 30000 hectares, 2000 ha sont récoltés et entretenus par 80 exploitants pour une production de 150 tonnes de farine de châtaigne corse (+ de 50% en Bio) au travers de 35 moulins en activité. Depuis 2006, la farine de châtaigne Corse a obtenu elle aussi son AOP.

16722534_1724043711241869_1552021981394256403_o.jpg

 

Art’è Gustu, c’est 2 jours de gourmandises dans un lieu unique, l’occasion de réunir le meilleur des artisans et producteurs de l’île avec aussi des invités gourmands venus du continent et de prestigieux chefs triplement étoilés.
Vous rêviez de les rencontrer ? Les parrains de cette saison Anne-Sophie Pic et Christian Le Squer seront là avec Pierre Hermé champion du monde de pâtisserie pour échanger avec vous lors des masterclass, ateliers (attention, réservation obligatoire) et concours à découvrir sur le programme.

AG_42120_15affiche_790x1024.jpg

Crédit photo Stéphane de Bourgies

Partager :

Pin It! Share on Google+ Share on LinkedIn

Déposer un Commentaire