Catégories
Reportages

La saga des Fromages d’Auvergne dernier épisode : le bleu d’Auvergne

bleu_2.jpg

Un peu d’histoire : Le Bleu d’Auvergne AOP est un fromage qui a la particularité d’avoir une date de naissance. Tout le monde s’accorde à dire que le Bleu d’Auvergne, dans sa définition actuelle, est né dans la seconde moitié du XIXème siècle. L’année 1855 peut être considérée comme celle des grandes innovations, même si le Bleu existait auparavant en Auvergne.  C’est Antoine Roussel qui par ses efforts et son sens de l’observation, a mis au point la poudre de Bleu et la machine qui assure le piquage du fromage Bleu d’Auvergne. Ces inventions demeurent les deux points clés de la naissance de ce fromage.

Catégories
Reportages

La saga des Fromages d’Auvergne épisode 5 : la fourme d’Ambert le plus doux des bleus

Fourme_d__Ambert_AOP_4.jpg

Un peu d’histoire pour commencer : Fourme vient du latin « forma » qui signifie « forme » : récipient qui sert à contenir le caillé. On raconte que bien avant les Romains, les druides gaulois célébrant leur culte à Pierre-sur-Haute, connaissaient déjà la fourme. Le Bâti révèle l’existence de la Fourme d’Ambert au VIII siècle.
Dès le 9e siècle, la Fourme sert de moyen de paiement, par exemple pour l’exploitation des hautes terres d’estives du Forez, et son principal marché devient vite la petite ville d’Ambert… dont la mairie est aujourd’hui ronde, reprenant la forme du fromage !
Par la suite, l’appellation « forme » est restée dans les monts de Forez et les monts d’Auvergne pour désigner les fromages régionaux. Autrefois, la production était exclusivement fermière et réalisée en estive, dans les jasseries, constructions basses aux toits de paille.

Catégories
Reportages

La saga des Fromages d’Auvergne épisode 4 le St Nectaire

st_nectaire_p.jpg

crédit photo : Inra

Le Saint Nectaire est un fromage paysan par excellence, fabriqué encore aujourd’hui bien souvent par les femmes.

Un peu d’histoire pour mieux comprendre son évolution :

En Auvergne, les fromages s’inscrivent dans le patrimoine, au même titre que les églises romanes et les eaux thermales. Ils sont même les plus anciens porte parole de cette région puisque les Arvernes en développèrent la fabrication et que les Romains furent étonnés de leur qualité. On voit bien donc que cette réputation ne date pas d’hier !

Catégories
Reportages

La saga des Fromages d’Auvergne épisode 3 Le Salers

fromage_aop_salers.jpg

L’histoire du Salers remonte à plus de 2 millénaires. Jadis, le Salers était le fromage produit près du bourg médiéval de Salers, situé 930 mètres d’altitude. Au printemps, les fermiers avaient l’habitude d’emmener leurs vaches en estive, c’est à dire en haute altitude où l’air et la qualité de l’herbe sont meilleurs. Toute la vie s’organisait autour du troupeau et de la fabrication du fromage. Les paysans s’installaient dans des burons, constructions en pierre aux toits de lauzes. Les vaches donnaient du lait de grande qualité qui par conséquent donnait un fromage aux caractéristiques exceptionnelles. Même si quelques burons perdurent encore, la plupart des producteurs s’organisent pour ne plus s’isoler aussi longtemps mais n’ont pas pour autant abandonné l’estive.
Les vaches se nourrissent au moment de la mise à l’herbe d’une flore originale composée de réglisse, gentiane, anémone ou encore arnica qui leur permettra de donner un lait de qualité et donc un fromage d’exception.

Encore de nos jours le Salers ne peut être fabriqué que du printemps à l’automne lorsque les vaches sont nourrit que d’herbe. Toutes les races de vache sont autorisées pour faire du Salers, cependant une dizaine de producteurs fabriquent leur fromage avec du lait d’un animal originaire du Cantal : la vache Salers.

Catégories
Reportages

La saga des Fromages d’Auvergne épisode 2 Le Cantal

cantal2_1.jpg

Le Cantal est né il y a plus de 2000 ans, en Haute Auvergne, c’est le doyen des fromages.  Le climat pluvieux et les terrains difficiles de  la région ont encouragé l’élevage de races de vaches laitières permettant d’utiliser les ressources en pâturage. L’importante production de lait a permis le développement de la fabrication du Cantal, ce lourd cylindre massif et trapu qui constituait une réserve de nourriture toujours disponible et un produit de négoce pour les habitants de cette région enclavée. Dès l’antiquité, le goût fruité du Cantal a fait son succès et il  a rapidement acquit  ses lettres de noblesse et sa renommée au-delà de ses frontières.

Aujourd’hui, ce fromage  est toujours issu des mêmes territoires. Il puise sa force dans ses terres volcaniques et sa douceur dans les hauts pâturages baignés de soleil. La zone de production est installée sur un massif de volcans éteints, les Puys, culminant à 1858 m au Plomb du Cantal, qui lui a donné son nom.

Pour fabriquer une fourme de Cantal, il faut : 400 litres de lait et un minimum de 33 heures de durée de fabrication.
Le « Cantal » ou « Fourme de Cantal » AOP est un fromage à croûte sèche, fabriqué exclusivement au lait de vache emprésuré. Sa pâte, ferme et non cuite, est pressée deux fois, avec broyage du caillé entre les deux pressages et salage dans la masse.
La forme originelle du Cantal AOP, un cylindre régulier aux arrêtes arrondies, permet de le reconnaître d’emblée. Mais la simple apparence ne suffit pas pour se réclamer d’une appellation qui prend en compte toutes les composantes du fromage. Le Cantal AOP renferme 45 % de matière grasse pour 100 grammes de fromage
Sa pâte ferme passe d’une couleur ivoire à son démoulage, pour devenir progressivement jaune foncé. Initialement souple, elle peut s’avérer légèrement friable pour les plus affinés.. Parfois acidulé en début d’affinage, son goût s’intensifie jusqu’à devenir fruité et persistant.

Pour fabriquer des fourmes de Cantal conformes à leur appellation, deux formats sont maintenus :
La « Fourme de Cantal » pesant de 35 à 45 kilos. Elle doit être produite à l’aide du moule Cantal, un cylindre droit dont les fonds plats rejoignent les parois par un arrondi d’une hauteur inférieure à 20 millimètres. La partie centrale de ce moule est constituée d’une seule pièce et son diamètre compris entre 36 et 42 centimètres.
Le « Petit Cantal » dont le poids varie entre 8 et 10 kilos. Son moule présente un diamètre compris entre 20 et 22 centimètres.
Il ne suffit pas d’avoir la forme du Cantal, les couleurs du Cantal ou une pâte ressemblante, pour être un véritable Cantal AOP.
En fonction de son âge, le fromage est appelé :
Cantal Jeune, le séjour en cave est de 30 jours minimum, il peut atteindre 60 jours et affiche un extrait sec* voir NB  égal ou supérieur à 57 %.
Cantal Entre-deux il doit être affiné dans un laps de temps compris entre 90 et 210 jours. (Extrait sec de 58 % minimum
Le Cantal Vieux quant à lui bénéficie d’une durée d’affinage supérieure à 8 mois (240 jours au moins). Son extrait sec ne peut être inférieur à 60 %.
Le produit ne prend son nom définitif qu’à sa date de sortie de cave et quelle que soit sa durée, l’affinage des fromages doit s’effectuer dans des locaux dont l’hygrométrie est de 95 % minimum avec une température comprise entre 6°C et 12°C degrés
Afin de clarifier l’offre au consommateur, chaque étiquette fait obligatoirement apparaître ces mentions qui permettent de situer visiblement le niveau de maturation du fromage.

source: http://www.fromages-aoc-auvergne.com/